Coviabilité

Projet de recherche « CovPath » : La voie de la coviabilité, un nouveau cadre pour relier durablement l’humanité et la biosphère

Coordinateur principal : Olivier Barrière

Partenaires institutionnels : UNESCO-MAB Programme, Paris ; Institut Michel Serres, Lyon (France) ; Science Policy Business Forum, UNEP, Nairobi, Kenya ; Institute for Climate Change Adaptation, University of Nairobi, Kenya ; Institute of Resource Assessment, University of Dar es Salaam, Tanzania ; International Institute for Environmental Negotiation (INNÉ) ; UNCCD United Nations Convention to Combat Desertification

Sponsor : Forum Belmont - Action de recherche collaborative sur la recherche transdisciplinaire pour les voies du développement durable

JPEG - 35 ko
Mohéli, Comoros

La coviabilité socio-écologique est définie comme l’interdépendance entre l’homme et la nature résultant des interactions entre les systèmes humains et non humains fondées sur la durabilité mutuelle (Barrière et al., 2019). Le projet CovPath propose de mettre en œuvre ce concept de coviabilité socio-écologique avec une approche ascendante, en partant des acteurs locaux. Il définit un paradigme pour une nouvelle trajectoire de durabilité sous le concept de One Health (Destoumieux-Garzón et al., 2018). Par conséquent, le projet CovPath fera progresser le concept de coviabilité en impliquant les acteurs locaux (populations, gestionnaires, décideurs...) et permettra par conséquent une compréhension empirique du concept. En fin de compte, les résultats serviront de base pour développer un cadre pour une mise en œuvre concrète. Les travaux sur la coviabilité ont été fédérés entre de nombreuses disciplines des sciences humaines, les sciences écologiques et mathématiques collectivement. La coviabilité se trouve au cœur des interrelations des Objectifs de développement durable, notamment ceux relatifs à la faim et l’agriculture locale (SDG2), la santé et le bien-être (SDG3), le changement climatique (SDG13), la biodiversité (SDG15) et le partenariat inclusif (SDG17) en impliquant les personnes dans notre approche. Pour ce faire, le réseau CovPath s’appuiera sur une large représentativité d’études de cas à commencer par les réserves de biosphère désignées par l’UNESCO, qui sont des régions modèles pour le développement durable dont la mission est "d’explorer et de tester des politiques, des technologies et des innovations pour la gestion durable de la biodiversité et des ressources naturelles, ainsi que l’atténuation du changement climatique et l’adaptation à celui-ci " (UNESCO, 2018). Sur les six réserves situées sur quatre continents, la recherche se concentrent sur une définition endogène (de l’intérieur pour une acceptation sociale) et une approche empirique du cheminement vers la coviabilité socio-écologique. A partir de là, l’objectif est de poser les bases des perspectives d’extrapolation de cette nouvelle trajectoire de durabilité : d’une part, en formalisant une méthodologie pour l’évaluation de la coviabilité socio-écologique et, d’autre part, en faisant progresser les éléments de modélisation de la coviabilité pour la gestion durable et la résilience des systèmes socio-écologiques. L’identification de cette trajectoire de durabilité s’effectue dans trois dimensions : les ontologies de l’existence, qui sont les modes de vie, une intendance territoriale (land stewardship), la capacité d’adaptation, de gestion et de résilience du socio-écosystème vers des trajectoires de coviabilité.

Pour en savoir plus : https://coviability.com/

Réserves impliquées :

Lake Fitri, Chad
https://earthobservatory.nasa.gov/images/77197/lakefitri-
chad

https://rsis.ramsar.org/ris/486?language=en
Mohéli, Comoros
https://en.unesco.org/news/twenty-five-sites-joinunescos-
world-network-biosphere-reserves

Mamirauá sustainable development reserve,
Brazil

https://en.unesco.org/biosphere/lac/centralamazon
Komodo Biosphere Reserve, Indonesia
https://en.unesco.org/biosphere/aspac/komodo

Falasorma Dui Sevi, France

https://en.unesco.org/biosphere/eu-na/fango

Yellowstone, US
http://www.unesco.org/mabdb/br/brdir/
directory/biores.asp ?code=USA+26&mode=all

Réserve de biosphère Corse (Falasorma Dui Sevi)
Réserve du Kenya (Malindi-Watamu)
Réserve de Mongolie (PN Khomyn Tal)

Article publié ou modifié le

3 novembre 2021