Accueil / / News

Global Festival of Ideas for Sustainable Development

<span class="caps">JPEG</span> - 604.2 ko

Destiné à se renouveler chaque année, le premier Festival global des idées pour le développement durable s’est tenu du 1er au 3 mars 2017 au sein des Nations Unies à Bonn.
Avec 139 conférenciers provenant d’institutions publiques, d’organisations, d’entreprises, des ONG, travaillant dans divers secteurs, le Festival a abordé trois grandes thématiques : la mondialisation et les inégalités, l’efficacité des ressources et l’économie verte, et les perturbations dans le développement.
Défenseurs des jeunes et des minorités, chefs d’entreprises, activistes, décideurs politiques, étudiants et chercheurs, leaders d’opinion et délégués des Nations Unies, en tout 800 participants du monde entier parmi lesquels se trouvait représenté l’Institut Michel Serres ont assisté à des séances plénières, des table-rondes, des ateliers et des jeux de simulation politique.
Il s’agissait, pendant trois jours de partager les connaissances, d’établir de nouveaux liens, de découvrir des outils d’innovation et de créer des partenariats afin de faire avancer ensemble les Objectifs de développement durable (ODD) à travers le monde.
Entre les ateliers et les conférences, dans les moments de convivialité, un espace de stands était installé et nous pouvions ainsi y découvrir des initiatives et projets menés dans le secteur privé, par les gouvernements, certains organismes des Nations Unies et des sociétés civiles, ainsi que des innovations liées au développement durable, ce foisonnement donnant lieu à des échanges constructifs.

Parmi les interventions qui ponctuèrent ces trois jours de conférences et d’atelier, Alaa Murabit, Anne-Brigitte Albrecsten et Kumi Naidoo ont particulièrment retenu notre attention.

Alaa Murabit est médecin nommée par l’ONU en tant qu’avocate des ODD et Commissaire de Haut niveau de l’ONU sur l’emploi, la santé et la croissance économique. Elle a ouvert le forum en insistant sur le fait que la réalisation des ODD ne se fera pas sans obstacles et sans la mobilisation de tous notamment celle de la jeunesse. Alaa Murabit est intervenue plus particulièrement sur le sujet de l’égalité des droits entre hommes et femmes. L’instruction des femmes et des filles est primordiale et sera un moteur puissant pour la croissance économique. Réaliser cet objectif de l’égalité, ne peut être fait sans décisions politiques adaptées de la part des administrations, locales, régionales et internationales et sans l’investissement du monde des affaires.

Anne-Brigitte Albrecsten, Directrice de Plan International est intervenue sur la question de l’accès aux ressources, à l’éducation, à la santé pour les enfants dans les pays les plus pauvres, notamment en Afrique. Elle a évoqué les effets de la globalisation et ses impacts économiques et les efforts que nous devons faire concernant les droits humains. Elle s’est intéressée à la situation plus problématique encore des jeunes filles qui sont les plus délaissées, parfois soumises au mariage des enfants et qui, pour la majorité d’entre elles n’ont pas accès à la poursuite des études. Pour Mme Albrecsten, un des défis majeur des Objectifs de Développement Durable est de réussir à donner accès à une éducation pour tous, inclusive et de grande qualité ce qui implique un effort d’investissement important, cet effort doit se ressentir à terme dans 136 pays pauvres ou en voie de développement.


Kumi Naidoo
, Directeur Exécutif International de Greenpeace de 2009 à 2015 et actuel Directeur de Africans Rising for Justice a évoqué l’avenir de la planête, la surconsommation, la survenue prochaine de la sixième extinction des espèces. « Nous devons protéger nos enfants et les enfants de nos enfants et nous devons agir dès maintenant en conséquence », nous a-t-il affirmé, « affronter le défi de la société civile et de la crise économique et financière. Entrer dans une société de partage ». Pour Kumi Naidoo, il faut s’appuyer sur les médias globaux, faire pression sur les gouvernements, créer des démocraties pertinentes et des espaces démocratiques, rendre la parole aux citoyens. Les pays les plus pauvres vont souffrir comme toute l’humanité mais plus tôt et plus fort. Il faut donc arrêter de parler des pauvres comme des citoyens de qualité inférieure. Avec Africans Rising for Justice il milite pour que l’Afrique ne soit plus considérée comme un continent pauvre, il propose qu’elle se dote d’une monnaie comme l’Euro. « Le peuple africain doit résister et communiquer, comme ce fut le cas pour les printemps arabes en utilisant les réseaux sociaux qui furent un vecteur important de diffusion des informations », il nous demande aussi, en tant que citoyens, de proclamer la solidarité avec les peuples Africains.

<span class="caps">JPEG</span> - 433.3 ko

Le jeu Hive Mind 2030

Pour compléter les séances plénières et les séances de discussion, le festival global des idées pour le développement durable s’est avéré être la première conférence « jouable ».
L’application Hive Mind 2030, un jeu de politique interactif développé spécialement pour l’occasion simulait l’engagement, la stratégie et les financements nécessaires pour atteindre les 17 objectifs de développement durable (SDG).

Chaque participant de Hive Mind 2030 se trouvait dans le rôle de ministre d’un gouvernement d’un pays à faible revenu. Au tout début il se voyait assigner un objectif sur les 17 à réaliser. Un budget annuel de 150 000 euros lui était attribué chaque année jusqu’en 2030, une année s’écoulant toutes les deux heures. Les options qui s’offraient à lui consistaient à investir dans différents choix politiques influant sur son ODD ou sur l’un des 16 autres.

Ce jeu a donné aux participants une opportunité de mettre à jour différentes stratégies et les a aidé à comprendre que nous ne pouvons pas atteindre notre objectif sans associer nos efforts.
Les ODD sont si complexes et interdépendants que de nouvelles approches étaient indispensables pour finaliser nos objectifs dans les temps impartis. Des actions communes entre joueurs étaient nécessaires pour que nos investissements et que nos choix politiques aient plus d’impact positifs ( certains choix d’options ayant un impact négatif inattendu sur l’avancée d’un autre objectif).
Face aux ODD, les différents pays devaient classer les priorités, ordonner leurs efforts et gérer les compromis. Le jeu simulait certaines de ces complexités pour susciter des solutions inventives et construire des alliances.

Associée à Hive Mind 2030 une chaine de télévision interne nous informait des avancées dans la réalisation des objectifs, de fausses news illustrant le monde virtuel dans lequel les retombées politiques et les conséquences de nos choix économiques étaient diffusées sur grand écran.

Ce festival organisé par le UN SDG Action Campaign fait partie d’un ensemble d’initiatives et d’évènements ayant pour objectif de mobiliser et d’informer autour de la mise en oeuvre des Objectifs de Développement Durable et de l’Agenda 2030 ;

L’Institut Michel Serres ainsi que la plateforme ACCES s’engagent dans le mouvement de sensibilisation initié par le SDG Action Campaign et vous invitent à les rejoindre ce lundi 25 septembre 2017 pour la Journée mondiale d’action pour les ODD #Act4SDGs. Vous pouvez suivre l’évènement via le compte twitter de l’institut : @InsMichelSerres.

Voir nos articles sur :
La journée d’action #ACT4SDGs du 25 septembre
Les 17 Objectifs de Développement Durable

Voir aussi :
Le site du Global Festival of Ideas for Sustainable Development
Le site de UN SDG Action Campaign

Crédits photos : UN SDG Action Campaign

Anne Chemin-Roberty

Publié ou mis à jour le 20 septembre 2017