Accueil / / News

Territoires, ressources naturelles et sécurité alimentaire

L’institut Michel Serres est partie prenante des Rencontres Internationales du Programme Lascaux qui se tiendront à Nantes les jeudi 26 et Vendredi 27 Mars 2015.
Trois partenaires de l’Institut interviendront lors de la première table ronde intitulée « Les politiques publiques agricoles & environnementales innovantes. Mise en valeur de la biodiversité agricole, politique d’incitation à l’agro-écologie... » il s’agit de François Collart Dutilleul, directeur du Programme Lascaux et organisateur des Rencontres, de Doru Pamfil, de l’Université Sciences Agronomiques et Médecine Vétérinaire, Cluj-Napoca et de Edgar Fernandez Fernandez du Costa Rica qui participa aux travaux de l’Institut en 2013 en tant que chercheur invité à l’ENS de Lyon.

<span class="caps">PNG</span> - 438.7 ko

Le vendredi 27 mars aura pour thématique :

l’évaluation d’un capital de ressources naturelles à la prise en compte des besoins alimentaires des populations
Quelles sont les conditions et les défis scientifiques et techniques à relever pour permettre aux collectivités locales de penser des politiques d’exploitation de leurs ressources naturelles adaptées aux besoins fondamentaux de leur population, en premier lieu le besoin alimentaire et nutritionnel ?

Table ronde : L’évaluation scientifique du capital de ressources naturelles d’un territoire. En partenariat avec l’Institut Michel Serres.

Ioan Negrutiu, Directeur de l’Institut Michel Serres présidera cette table ronde autour de la question :
Pourquoi et comment la recherche publique doit s’approprier intellectuellement et opérationnellement la problématique « ressources naturelles ».

L’Institut Michel Serres pour les ressources et les biens publics est né d’un réel souci d’interdisciplinarité et de coopération afin que les différents programmes, centres et laboratoires de recherche qui y participent mènent une réflexion conjointe sur 4 points.

  1. Les ressources naturelles : aller au-delà des agendas du changement climatique et de la biodiversité, donner contenu et calendrier à la transition sociétale et écologique.
  2. Le chaînon manquant : développer une approche systémique des ressources naturelles.
  3. Les outils manquants : faire le diagnostic en temps réel des ressources, évaluer leur dynamique en tant que déficit / dette / risque et établir les protocoles de bonnes pratiques de gestion au niveau régional.
  4. La gouvernance manquante : construire une architecture de gestion durable des ressources et les instruments correspondants en tenant compte des besoins fondamentaux des populations et en favorisant des politiques actives sur les biens publics. Mettre en place des mécanismes de surveillance de ces politiques. Ainsi, repenser le « capital naturel » en tant que « patrimoine naturel » passe par une alliance de fait entre les sciences naturelles et les sciences du droit.

Doru Pamfil, de l’ Université des Sciences Agronomiques et Médecine Vétérinaire, à Cluj-Napoca (Roumanie) interviendra quant à lui sur le Recadrage par la recherche de la gestion soutenable des ressources naturelles à l’échelle régionale – cas d’étude de la région Nord-Ouest (Roumanie)

L’Université des Sciences Agronomiques et Médecine Vétérinaire de Cluj-Napoca est partenaire fondateur de l’Institut Michel Serres. Dans ce cadre, un projet de recherche sur la problématique stratégique des ressources naturelles spécifiques à un territoire donné a été imaginé en tant que contribution à la construction de l’Europe par le bas.
En partant de l’idée que les régions jouent un rôle central dans les stratégies de développement durable, le projet a comme objectif de produire des instruments d’aide à la décision. Ces instruments se doivent d’être un système cohérent, pertinent et continu de surveillance, diagnostic, gestion et de mise en valeur des ressources territoriales. Il devrait permettre également d’instaurer de bonnes pratiques de gestion des ressources dans leur ensemble à travers une démarche multi-acteurs. L’ambition du projet est de relier de manière systématique les dynamiques des ressources territoriales aux processus de gouvernance / gestion, aux contextes, instruments et compétences légales, normatives et financiers opérant ou ayant des impacts au niveau régional. Concrètement, cela revient à mieux connaître le potentiel ressources du territoire et, sur cette base, à co-construire politiquement une démarche d’ajustement des ressources aux besoins des populations.

Téléchargez le programme des rencontres en PDF
<span class="caps">PDF</span> - 638.2 ko

Publié ou mis à jour le 3 mars 2015