Accueil / / News

Entre Slow Science et Créativité

L’Institut Michel Serres reste engagé dans sa triple démarche : recherche, formation, science-société.
L’esprit dans lequel nous agissons est parfaitement illustré par deux mots-clé : slow-science et créativité. Le lien entre les deux nous semble évident.

Par Slow Science, nous faisons référence à Isabelle Stengers dans son « Manifeste pour un ralentissement des sciences » :

« Souvent la nécessité d’un apprentissage des sciences est également fondée sur le fait que l’observation attentive, la formulation d’hypothèse, leur vérification ou leur réfutation ne sont pas seulement à la base de la construction des savoirs scientifiques mais sont également à la base de toute démarche rationnelle. »

« Le propre d’une matter of concern est d’exclure la bonne solution, et d’imposer des choix souvent difficiles exigeant un processus d’hésitation, de concertation et de veille attentive (...). C’est pourquoi, à la notion de compréhension, j’opposerai celle d’une intelligence publique des sciences, d’un rapport intelligent à créer non seulement aux productions scientifiques mais aussi aux scientifiques eux-mêmes. »

Voir le texte sur le site des Editions la Découverte

Thierry DRUMM, Isabelle STENGERS - Une autre science est possible aux éditions La Decouverte

_

Si nos abordons la question de la créativité, nous retirons bien des enseignements de l’excellente approche de Sir Ken Robinson dans son entretien avec François Taddei et dont voici un court extrait traduit en français :

"Je pense que c’est la créativité qui fait de nous des êtres humains, c’est ce qui nous distingue du reste de la vie sur terre, pas grand chose d’autre ne le fait en réalité.

C’est quelque chose d’unique pour les êtres humains et l’éducation devrait le développer dans l’intérêt de notre commune humanité. Mais pour des raisons économiques et des raisons technologiques il me semble extraordinaire que nous négligions la seule chose qui nous rend unique.« <span class="caps">JPEG</span> - 51.7 ko »Donc d’un point de vue économique nous ne pouvons pas nous permettre un système d’éducation qui supprime l’innovation et la créativité, (..) nous avons besoin de formes d’éducation qui aident les gens à comprendre pourquoi ils pensent et ressentent comme ils le font."

Vous pouvez écouter ici cet entretien dans son intégralité :
http://www.youtube.com/watch?v=4u9Yz3lfeUw&feature=youtu.be
nous tenons à remercier François Taddei qui a réalisé cet entretien et Thierry Foulkes qui en a publié les images et la traduction et nous permet ainsi de le partager.

Publié ou mis à jour le 26 février 2014